BFS transforme le CO2 industriel en pétrole avec des microalgues

BFS (Bio Fuel System) a inventé un nouveau procédé de création de pétrole propre en utilisant le CO2 rejeté par des usines et des microalgues. Une perspective intéressante qui permet :

  • d’absorber le CO2 produit,
  • de réduire les rejets de CO2,
  • de prendre le relai du pétrole actuel.

Ci-dessous les informations qu’on peut trouver sur les sites de la société.

L’usine pilote BFS d’Alicante en Espagne, vient d’achever en novembre 2010 sa première phase de construction au pied de la cimenterie Cemex (3ème cimentier mondial) et sera pleinement opérationnelle en mars 2011.
Cette usine pilote est capable, par hectare équipé et par an, d’absorber 12.000 tonnes de CO2 et de produire 5.500 barils de pétrole voire, selon l’option retenue, 0.45 Mégawatts d’électricité par heure (le CO2 capté peut être transformé en électricité grâce à des turbines ou des Moteurs de Combustion Internes).

A échéance, cette usine sera déployée sur 40 hectares et neutralisera 450.000 tonnes annuelle d’émissions de CO2 dans l’atmosphère pour une production de 220.000 barils de pétrole sans compter la production de produits secondaires hautement nutritifs (type acides gras essentiels oméga 3, oméga 6…).
Cette usine préfigure l’usine-type de dépollution/valorisation BFS retenue comme modèle à commercialiser pour un déploiement international.

Comment l’idée est-elle née ?

L´idée m´est venue au début de l´année 2006 quand à la suite de la campagne menée par Al Gore attirant l´attention du monde entier sur les excès d´émissions de CO2 anthropique et leurs incidences sur le réchauffement globale.

À partir d´ici ma réflexion fut la suivante: si ce CO2 est le résultat de la combustion ou l´oxydation des hydrocarbures et que ces hydrocarbures ont été formés à la base par des matières organiques, principalement végétales. De quoi cette matière végétale ou carbone organique s´est il formé ? La réponse était simple : à partir d´énergie solaire, de H2O et CO2 (aucune plante ne peut vivre sans CO2). Donc pourquoi ne pas compléter un cycle oxydo-réduction en utilisant le CO2 résultant de la combustion et récupérer son carbone pour le reconvertir en pétrole ?

Mais la difficulté majeure était alors le temps: la formation du pétrole fossile avait duré des millions d´années, d´où la seconde partie de l´idée, qui fut : trouver une solution pour accélérer ce processus de formation.

Mais on ne peut pas modifier ou éviter la rigueur des lois physiques qui régissent notre univers. Par contre, on peut imaginer l´assemblage d’éléments qui nous permettent d´accélérer un processus de transformation. Pour la concrétisation de cette idée j´ai eu la chance de travailler avec une équipe de talent composée d´ingénieurs, scientifiques, techniciens et exécutants qui ont participé en ce projet avec enthousiasme, persévérance et on contribué à la réalisation d’un des plus spectaculaires changements en notre système énergétique globale.

« LA MISE AU POINT D’UN PROCÉDÉ INDUSTRIEL DE PRODUCTION EN CONTINUE D´UN PÉTROLE PROPRE FAIT À PARTIR D´ÉMISSIONS DE CO2 »

Caractéristiques

DENSE
avec un pouvoir calorifique élevé (9.700 kcal / kg)

NON POLLUANT
il élimine 938 kg « des émissions antrophiques » de CO2 par baril produit

DURABLE
il convertit en permanence le CO2 en énergie (2.168 kg de CO2 par baril)

INÉPUISABLE
avec une production journalière par reproduction cellulaire illimitée

EFFICACITÉ PROUVÉE
son bilan énergétique est positif et sa production en continue nécessité de faibles apports énergétiques, assurant une disponibilité d´energie de 8 000 heures par an

VIABLE D’UN POINT DE VUE ÉCONOMIQUE
son prix est compétitif comparé à celui des sources énergétiques existantes

Le procédé biotechnologique

Le procédé de synthèse breveté et développé par BFS s’inspire du processus naturel à l’origine de la formation du pétrole d’origine fossile. Il utilise des éléments comme l’énergie solaire (comme source principale d’énergie), la photosynthèse et les champs électromagnétiques associés aux propriétés organiques du phytoplancton (micro-algues marines) pour convertir le CO2 issu des émissions industrielles, en une biomasse puis en un pétrole artificiel similaire au pétrole fossile, sans soufre et sans métaux lourds, en quelque sorte un pétrole propre.
La culture intensive des micro-algues et l’absorption massive du CO2 s’opère en milieu fermé et dans des photobioréacteurs verticaux pour une optimisation des surfaces d’implantation, un meilleur contrôle des propriétés physico-chimiques du milieu d’élevage et une rentabilité optimale.

Plus d’infos en vidéo

Untitled from Cédric BARBIER on Vimeo.

Sources

Site BFS – http://www.biopetroleo.com/france/index.php

Site BFS France : http://www.bfs-france.com

Téléchargez les fiches pratiques de l’entretien écologique !

fiches entretien ecologique

Vous aimerez aussi …