Comment faire son compost? On vous dit tout !

Faire son compost permet de réduire la quantité de déchets ménagers. Cela évite le transport et le traitement de ces déchets que vous allez traiter directement chez vous. Ainsi, on estime à 30% des déchets, la part des déchets compostables.

C’est un fertilisant organique qui vous sera très utile dans votre jardin et votre potager, à moindre coût ! Il aide également à maintenir l’humidité dans le sol et le sol devient plus facile à travailler!

Définition

C’est la transformation des déchets organiques, en compost ou humus.

Les micro-organismes opèrent cette transformation en présence d’eau et d’oxygène.

Il s’opère tout d’abord un phénomène de fermentation aérobie intense. C’est la décomposition de matières par les bactéries, à haute température (50-70°C).

Puis, ce compost frais est transformé en compost mûr, riche en humus par une fermentation moins soutenue. Cela se passe à une température plus basse (35-45°C), grâce à des champignons.

La température élevée permet d’éliminer les agents pathogènes contenus dans les déchets.

Quelle méthode de compostage choisir ?

faire son compostLa méthode pour faire son compost dépend de plusieurs critères.

En fonction de la place disponible dans son jardin, on peut choisir différents formes de compostage : le tas, le silo ou le bac (qui existe en différentes tailles).

Le tas nécessite une grande place. Il grossit anarchiquement au fil des jours. Il est nécessaire de bien le remuer pour l’aérer.

Le bac est pratique lorsque l’on dispose d’une place réduite. Son inconvénient est qu’il limite la quantité de déchets compostés et que l’on en vient rapidement à rajouter des bacs. Il doit être aéré et placé à l’ombre. Une ouverture basse du bac permet de récupérer le compost mûr. Du point de vue esthétique, il est pratique et plus facilement dissimulable qu’un énorme tas de déchets.

Le silo est simplement un grand bac, lui aussi aéré.

Un peu à part, un petit composteur appelé « lombricomposteur » est un mini bac d’appartement. Pour cela, il est nécessaire de réduire les déchets en petits morceaux qui seront mieux utilisés par les vers qui se chargent du compostage dans cet appareil.

Attention : Essayez de mettre votre composteur à l’abri du vent. Car si l’aération est importante, un excès de vent assèche votre compost et empêche le processus de compostage.

Que mettre dans mon composteur ?

Les déchets de cuisine : épluchures, coquilles d’œufs, marc de café, filtres en papier, pain, laitages,  fanes de légumes, fruits et légumes abîmés.. .

Les déchets de jardin : tontes de gazon, feuilles, fleurs fanées, mauvaises herbes …

Les déchets de maison : mouchoirs en papier et essuie-tout, cendres de bois, sciures et copeaux…

A ne pas mettre dans mon composteur !

A éviter : les gros branchages, les petits os, arrêtes, débris de viande (qui risqueraient d’attirer les rats, les chats et les chiens), les pelures d’agrumes (qui contiennent un insecticide naturel et  se décomposent lentement), les coques de noix, noisettes, noyaux (trop longs à composter). Ces éléments peuvent être mis aux composteur mais soit le processus sera plus long (cas des gros branchages, agrumes, …) soit attireront des nuisibles ce qui peut être gênant.

A proscrire : les coquilles huîtres, moules, les croûtes de fromages, les médicaments, les cartons et revues, les mauvaises herbes grainées, les plantes malades ou traitées, la terre, les cailloux, le sable, les pierres, gravats, coquillages et évidemment, le plastique, le  verre, le métal.

Bien équilibrer ses apports pour avoir un bon compost.

Pour avoir un bon compostage et donc, un bon compost, il faut équilibrer l’apport de déchets à dominante « carbone » et « azote ». Il faut 30 fois plus de carbone que d’azote.

Déchets à dominante « carbone » : tailles de haies et tiges dures coupées, écorces, marcs, filtres de café, infusettes, coquilles d’œuf, feuilles mortes, cendres de bois, sciures, copeaux, fruits et légumes abimés, essuie-tout, serviettes en papier.

Déchets à dominante « azote» : pelouse, épluchures de légumes, de fruits, mauvaises herbes non grainées, fleurs fanées, pain rassis.

Conseils pour faire son compost

Il est préférable de broyer les gros éléments avant de les mettre dans le composteur afin d’augmenter la surface à composter.

Remuer de temps en temps le compost pour assurer une bonne aération.

En été, s’il fait sec, mouillez votre compost régulièrement.

 

Problèmes fréquents

Il y a de la moisissure : c’est que votre compost est trop sec ; il faut le remuer et ajouter de l’eau.

Il y a un écoulement de jus : c’est qu’il y a trop d’humidité ; il faut remuer et ajouter des matières sèches (feuilles…).

Il y a des insectes ou des animaux nuisibles : c’est qu’il y a sûrement des déchets non recommandés ou un mauvais recouvrement des déchets de cuisine. Il faut bien mélanger le tas de compost et recouvrir de terre.
Si ce sont de petites mouches, c’est qu’il y a des restes de repas ou des fruits abîmés sur le haut de la pile. On va donc recouvrir de broyat, de tonte de gazon ou de feuilles, ou bien saupoudrer de poudre de roche ou de cendres.
Si ce sont des mouches de couleur bleue métallique, c’est qu’il y a des résidus de viande ou de poisson, ou des excréments. Il ne faut plus mettre ces matières qui sont fortement déconseillées.

Il y a une odeur d’ammoniaque : le mélange est trop riche en matières azotées ou la température est excessive. Il faut donc ajouter des matières carbonées et mélanger.

Il y a une odeur « d’œuf pourri » : le mélange n’est pas assez aéré. Il faut brasser, laisser sécher et ajouter des matières sèches ou de la terre ou du compost mûr.

Le mélange ne chauffe pas : Il peut y avoir plusieurs causes : le manque d’oxygène, trop d’humidité ou au contraire trop sec, manque d’azote. On va donc brasser pour aérer, brasser, ajouter des matières sèches ou au contraire humides selon les constatations.

Il y a des mauvaises herbes qui poussent là où j’utilise mon compost : la température était insuffisante lors du compostage. Il convient de ne plus mettre de plantes en graines ou malades.

Il y a des moucherons dans mon compost: c’est plutôt bon signe, ils prouvent une bonne activité biologique. Cela est dû aux chaleurs. Pour les éviter, veillez à recouvrir vos déchets frais (épluchures…) de déchets secs (feuilles mortes…).

Utilisation du compost

Un compost arrive à maturité en 4 à 8 mois. Il a alors une odeur d’humus « comme les sous-bois forestier), il est sombre, homogène et s’émiette. L’idéal est de le tamiser avant utilisation.

Le compost non mature peut être disposé en paillage au pied des arbres ou des cultures. Il ne faut jamais mettre de compost non mature au niveau des racines !

Un compost arrivé à maturité peut être utilisé comme amendement organique. On le répand alors en couches fines (5l/m²)  et on, bine pour le faire pénétrer très superficiellement

Pour rempoter des plantes vertes, on fait un mélange : 1/3 de compost, 1/3 de terre, 1/3 de sable.

Il ne faut jamais planter ou semer directement dans le compost ; les plantes ne le supportent pas. Il faut donc toujours mélanger le compost à de la terre.

 

Et vous, que pensez-vous de l’idée de faire son compost? Avez-vous des compléments d’information ? Une expérience à partager ?

Téléchargez les fiches pratiques de l’entretien écologique !

fiches entretien ecologique

Vous aimerez aussi …



2 commentaires par le site

  1. alexandra 22 février 2011
  2. Jcdartagnan 2 mars 2011