Quelques gestes simples pour être un écolo-écono beau et propre : dans la salle de bain

Au quotidien, des gestes simples peuvent être coûteux en argent, en déchets …

Voilà quelques gestes pour limiter ou diminuer la facture et l’impact sur l’environnement :

1- j’utilise un savon à la place d’un gel douche ou d’un gel lavant pour les mains

Un savon est moins coûteux qu’un gel douche et dure plus longtemps. De plus, il représente également moins d’emballage, donc moins de matières utilisées et moins de déchets rejetés pour notre planète. Il faut quand même garder en tête, dans les deux cas, que beaucoup d’emballage sont recyclables.

2- je récupère l’eau propre

En attendant la bonne température de l’eau, ou en se lavant le visage à l’eau claire, cette eau, exempte de tout savon, peut-être utilisée, par exemple, pour arroser les plantes. Il suffit de glisser un bac ou une bassine dans votre vasque, votre carré douche ou baignoire et de recueillir après. Vous aurez ainsi des plantes abreuvées d’eau, sans aucun coût supplémentaire.

NB : pour limiter la quantité d’eau « perdue » pour atteindre la température souhaitée, il est intéressant d’utiliser un mélangeur ou un mitigeur.

3- j’arrête l’eau quand je me savonne ou je me brosse les dents

Et oui, on nous l’a toujours dit !  Ce n’est que quelques millilitres, mais petit à petit, on est à des litres et des euros sur l’année …

4- je diminue mon débit d’eau

En diminuant le débit, on diminue la quantité d’eau qui sort du robinet et, à moins de devoir remplir un récipient ou une baignoire, cela est peu gênant, que ce soit pour se rincer, pour la douche, pour se laver les mains, les dents ….

Pour cela, plusieurs solutions, peuvent éventuellement se cumuler :

– utiliser des mousseurs ou aérateurs qui, en ajoutant de l’air, donne l’impression d’un débit moindre avec un confort équivalent ou quasi-équivalent.

– diminuer soi- même le débit : quand on ouvre un robinet, ou n’importe quel autre régulateur d’eau, généralement, le débit est supérieur à celui qui est nécessaire : en le baissant, on diminue les litres d’eau perdus.

5- je « coupe » mes produits »

Beaucoup de produits (savon liquide, shampoing…) peuvent être coupés avec de l’eau, c’est à dire un peu dilués. Cela est à tester avec chaque produit.  Mais à condition de ne pas utiliser d’avantage de produit, il est possible de gagner jusqu’à 50 % suivant les produits. Pour pouvoir faire cela, il est utile de garder des contenants vides.

6- j’utilise des produits pour différents usages

Certains produits peuvent avoir des utilisations différentes : cela limite les achats, la place occupée sur nos étagères et les déchets rejetés.

Par exemple, le liniment oléo-calcaire sert pour nettoyer, soigner et hydrater les fesses et la peau de bébé (pas besoin de crème de change, de lait hydratant ) mais il est un démaquillant efficace et une crème (plutôt de nuit) très hydratante… et le tout hypoallergénique ( eau de chaux et huile d’olive).

La crème pour les mains peut servir pour les pieds (ou vice-versa)

7- j’achète en gros et en rechargeable, voire je fais mes produits moi même.

En diminuant les déchets, les frais à l’achat, acheter des produits en format « familial » est souvent avantageux.

Il faut malgré tout vérifier en regardant le prix au litre ou au kilo.

Il est possible de faire (voir notre recette du liniment oléo-calcaire)  ou d’utiliser des matières premières à la place de soins coûteux et élaborés (par exemple, une huile végétale fera un excellent soin pour les cheveux, l’huile d’avocat est idéale pour les vergetures, les hydrolysats comme lotions …) Pour cela, il faut retrouver les vertus des éléments que nous fournit la Nature.

 

Voilà quelques pistes pour être beau/ belle à peu de frais et en limitant l’impact sur notre planète.

Téléchargez les fiches pratiques de l’entretien écologique !

fiches entretien ecologique

Vous aimerez aussi …