Qu’est-ce que les bains dérivatifs ?

Les bains dérivatifs (BD) sont des soins qui n’ont pas pour objectif de promettre une quelconque guérison, mais qui tendent à apporter un bien-être général. Il y a quelques temps, ils étaient indiqués pour nettoyer le corps en profondeur.

 

Voilà en quelques lignes ce que nous rapportent ses défenseurs et promoteurs.

Aucune étude scientifique n’a été entreprise pour attester ou infirmer ses effets : cet article a donc pour objectif de présenter une méthode sans la décrier ni la promouvoir.

 

Le principe

Les bains dérivatifs peuvent être fait tant chez les hommes que chez les femmes.

Il part du principe que les mammifères, dont nous sommes, n’ont pas l’habitude, sauf depuis « quelques » décennies, d’avoir le périnée au chaud (d’ailleurs, l’homme peut perdre ou diminuer sa fertilité dans ces situations).

Leur principe actif est basé généralement sur la fraîcheur, cette dernière pouvant être associée à la marche.

Il existe 2 méthodes décrites pour faire des bains dérivatifs :

  • mettre un poche fraîche qui rafraîchira le périnée et, éventuellement,  frottera au niveau de plis inguinaux. Les poches devront être changées dès que la sensation de fraîcheur aura disparue. Le minium de temps pour voir des effets est de 3 heures par jour pendant 1 semaine.
  • masser le périnée et le bas des plis inguinaux à l’aide d’un gant ou d’un chiffon rafraîchit (pas de jet direct qui ne fait pas de massage et pas d’eau trop froide) . Ce geste doit durée au minimum 10 minutes et peut aller jusqu’à 1 heure au moins 3 fois par semaine. Il est possible de faire 2 séances au maximum dans la journée. Le reste du corps doit être bien au chaud pendant le soin et bien réchauffé après le BD.

La fraîcheur apportée aiderait à la mobilité du fascia  (membranes qui recouvre une ou des parties du corps et qui communiquent toutes entre elles) et de l’intestin.

Ces mobilités entraîneraient le déplacement des différents graisses issues de la digestion (les graisses brunes, fluides, indispensables pour les différentes fonctions de l’organisme et les graisses blanches et jaunes, qui doivent être éliminées généralement à l’aide des graisses brunes).

Ces mobilités de graisses permettraient l’élimination des graisses blanches et jaunes.

Le transit serait aussi généralement favorisé.

Ces bains dérivatifs peuvent être pratiqués en cas de situation assise, avec les poches de gel.

 

L’intérêt des bains dérivatifs

Les bains dérivatifs ne sont pas miraculeux.

Les effets apportés sont discutés et varient avec les personnes.

Il faudrait un minimum d’une semaine d’utilisation pour commencer à voir des effets.

Comme de nombreux soins, il semble nécessaire d’avoir un temps d’adaptation.

Ainsi, il pourrait avoir des effets « étonnants »  les premiers temps d’utilisation, le temps de retrouver un équilibre. Il pourra y avoir, par exemple, des diarrhées ou de la fatigue.

Il est aussi possible qu’une vieille douleur disparue réapparaisse. Il semblerait que ce soit pour mieux la soigner, plus en profondeur et durablement.

Chacun a un rythme et une durée qui lui conviendra.

Les bains dérivatifs ont pour objectif  le corps. Mais le corps a besoin d’un ensemble d’éléments pour acquérir et conserver cet équilibre : alimentation équilibrée, hydratation suffisante, sport, exposition à l’extérieur (voir notre article sur la vitamine D) …

Après avoir retrouvé cet équilibre en nettoyant le corps de l’intérieur, les effets des bains dérivatifs  seraient de ce fait nombreux mais ils se sont pas les premiers ressentis ni les premiers recherchés. On retrouve :

  • repousse cheveux dans la couleur d’origine (diminution des cheveux blancs)
  • régulation  des cycles menstruels,
  • diminution de l’acné,
  • lutte contre le surpoids,
  • lutte contre la cellulite,
  • asthme
  • eczéma

 

Le prix

A part un possible investissement de départ pour les poches de gel (entre 10 et 15 euros pièce), ces soins sont totalement gratuits.

 

Les contres-indications

Les bains dérivatifs seront contre-indiqués :

  • en cas d’épuisement,
  • dans les 6 à 12 mois suivant une opération,
  • dans le cas d’une grossesse obtenue par traitement (FIV…), et ce durant tout le premier trimestre.
A éviter : 1/2 heure avant ou 1h30 après un gros repas.
La pratique des bains dérivatifs devra être précautionneuse pour les personnes porteuses de prothèse ou d’appareillage cardiaque.

 

Les bains dérivatifs sont des pratiques qui semblent risibles au début, mais qui peuvent apporter beaucoup, et facilement.  Vu le faible investissement financier et de temps, pourquoi ne pas tester ?

Avez  vous eu une expérience positive, négative ou neutre avec les bains dérivatifs ?

 

 

Source :
www.bainsderivatifs.fr

 

Crédit photo :
Certains droits réservés par Zigar

Téléchargez les fiches pratiques de l’entretien écologique !

fiches entretien ecologique

Vous aimerez aussi …



1 commentaire par le site

  1. Sarah Jilbert 30 mars 2014