Le bisphénol A est nuisible pour les spermatozoïdes

Le bisphénol A (BPA) est connu depuis plusieurs années comme un perturbateur endocrinien chez les animaux. (voir notre article sur le sujet).

Il a été retrouvé, chez l’Homme, dans le sang, les urines et le liquide amniotique du bébé.

 

Où trouve-t-on du BPA ?

Depuis janvier 2011, le BPA est exclu des biberons.

En juillet 2015, il sera interdit, en France, dans tous les contenants alimentaires.

Actuellement, on trouve donc du BPA dans certaines boîtes hermétiques en plastiques, dans des canettes de soda, dans certains tickets de caisse, à l’intérieur des boîtes de conserves…

 

Quoi de neuf sur le BPA ?

Dans une étude publiée en décembre 2012, des chercheurs, lors d’expérience sur des tissus testiculaires fœtaux humains ont comparé certains exposés au BPA (à 2 microgrammes par millilitre, soit la concentration moyenne retrouvée dans la populaire) et d’autres non exposés.

Le résultat est que les échantillons exposés au BPA produisent deux hormones en moindre quantité, la testostérone  qui permet le développement des caractères masculins, et une autre hormone, qui joue un rôle dans la migration des testicules dans les bourses (cette localisation joue un rôle dans la formation des spermatozoïdes).

Au delà de ces observations, les chercheurs supposent que le BPA pourrait aussi jouer un rôle dans la diminution de la synthèse de sperme et la survenue du cancer des testicules.

Les mécanismes en jeu lors de cet action du BPA sur le testicule humain ne sont pas encore identifiés.

Les chercheurs ont, en plus, observé que les Hommes semblaient être plus sensibles aux effets du BPA que les animaux … alors que penser des résultats des recherches antérieures sur les animaux? Faudrait-il multiplier les résultats pour obtenir les effets engendrés chez les Hommes ?

Que faire ?

Alors, quelle doit être notre attitude quand on pense que le BPA est présent dans le liquide qui entoure le fœtus dans le ventre de sa mère, tout au long de la grossesse; mais aussi dans notre quotidien, celui des adultes, et celui des enfants en pleine croissance.

La réponse s’impose : l’éviction.

Il est impératif de limiter les plastiques et favoriser le verre, l’inox … pour chaque objet du quotidien : biberon, boîte hermétique, passoire, spatules… au moins ceux qu’il est possible de contrôler. Il faut également éviter de les chauffer, car  le BPA se libère à la chaleur.

Les plastiques contenant du BPA portent ces symboles :

  •  PC (polycarbonate),
  • un 3 :  (3 pvc1 Le bisphénol APVC)
  •  un 7  7 BPA Le bisphénol A(autres), potentiellement.

     

Alors pourquoi éviter les plastiques si on peut reconnaître ceux contenant du BPA ?

Quels composants sont présents à la place du BPA ? Sont-ils mieux, moins bien ? Qu’en sait-on ?

Par exemple, plusieurs magasins ont supprimé le BPA de leur ticket de caisse, mais ils l’ont remplacé par du bisphénol S, dont on sait peu de chose sur l’homme mais qui semble être catastrophique pour l’environnement. (voir notre article : le bisphénol S)

 

Alors, agissons et préservons-nous; nous, nos enfants et notre Planète.

 

Source :
INSERM L’effet néfaste du bisphénol A prouvé expérimentalement.  – 17 janvier 2013 

Téléchargez les fiches pratiques de l’entretien écologique !

fiches entretien ecologique

Vous aimerez aussi …