Le printemps le plus chaud depuis 1900

Les statistiques le disent, la France connait son printemps le plus chaud depuis au moins 1900.

Selon Météo France, la France n’aurait pas connu des températures aussi élevées au printemps depuis au moins 1900. Depuis le début du mois de mai les températures sont estivales et la pluviométrie est quasi nulle dans certaines régions, induisant une sécheresse exceptionnelle dans 54 départements.

Le printemps météorologique (mars-avril-mai) a été marqué cette année par la persistance de conditions anticycloniques sur l’Europe, avec pour conséquence un temps exceptionnellement chaud, sec et ensoleillé explique Météo-France

Avec une température moyennée sur la France supérieure d’environ 2,6 °C à la moyenne de référence établie sur la période 1971-2000, ce printemps 2011 se positionne au premier rang des printemps les plus chauds depuis le début du XXème siècle, devant ceux de 2007 (+2,1 °C) et 2003 (+1,8 °C). Ces écarts ont été encore plus marqués pour les températures maximales de l’après-midi (+3,8 °C) que pour les températures minimales de fin de nuit (+1,4 °C).

De plus, Le printemps 2011 a également été exceptionnel par ses faibles précipitations : la quantité d’eau recueillie sur la France représente environ 45 % du cumul moyen de référence 1971-2000. Ce printemps est le plus sec des cinquante dernières années, devançant les printemps 1976 (54 %) et 1997 (60 %). Quelques nuances régionales apparaissent toutefois : les déficits ont été généralement plus marqués sur le nord et l’ouest du pays tandis que le Languedoc et l’est de la Corse ont connu des précipitations excédentaires.

Ces faibles pluies associées aux températures élevées ont entraîné un assèchement extrêmement précoce des sols superficiels sur la quasi totalité du pays. A l’exception des régions méditerranéennes, les sols connaissent sur l’ensemble du pays un niveau de sécheresse jamais atteint à la fin du printemps au cours des cinquante dernières années, explique Météo France

 

Des précipitation sont prévues, mais surtout des épisodes orageux qui ne laisseraient pas le temps à la terre d’absorber l’eau et ne serait donc pas profitables.

Afin de profiter au mieux de notre été, espérons que la pluviométrie augmente au mois de juin et que les nappes phréatiques se remplissent. Dans tous les cas, continuons à faire attention à notre consommation d’eau en multipliant les gestes simples mais efficaces pour l’économiser.

 

Source : Météo France

crédits photo: Certains droits réservés par jean-louis zimmermann

Téléchargez les fiches pratiques de l’entretien écologique !

fiches entretien ecologique

Vous aimerez aussi …



adn.okoop.fr